Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Qu’est-ce que l’engagement de compatibilité d’Android ?

Depuis la création de l'Open Handset Alliance en 2007, le code d’Android est en open source, c’est-à- dire qu’il est mis à la disposition de tous, sans condition (tarifaire ou autre) de la part de Google ; il suffit de le télécharger depuis le site Android Open Source Project et d’en faire l’usage que l’on souhaite. Les fabricants de terminaux peuvent alors utiliser le code source tel quel (par exemple, les smartphones Nexus) ou bien le modifier pour personnaliser les systèmes d’exploitation (OS) de leurs propres équipements (par exemple, la gamme Galaxy de Samsung, les smartphones OnePlus ou les tablettes Fire d’Amazon). En privilégiant un accès ouvert à son code source, permettant ainsi de réduire significativement les coûts de développement d’un système d’exploitation, Google entend favoriser un foisonnement d’applications et une diversification des équipements terminaux disponibles au bénéfice des utilisateurs finals, des fabricants de terminaux et des développeurs. Parce que ce format open source peut entraîner une fragmentation de l’univers Android avec l’émergence de systèmes dérivés, Google encourage le respect par les différentes versions d’Android de spécifications qui assurent leur compatibilité avec un univers large d’applications. C’est en ce sens que le groupe propose aux constructeurs, membres de l'Open Handset Alliance, un « engagement decompatibilité » (ou Android Compatibility Commitment). Signer ce contrat les engage à ne proposer, sous leurs propres marques, que des OS respectant les spécifications établies par Google ; en échange, ils profitent de l’intégration de toutes les dernières fonctionnalités développées pour Android. Ainsi, pour sa gamme Galaxy, Samsung propose l’OS Android, qu’il a personnalisé en respectant les spécifications ; de même, OnePlus équipe ses terminaux du système OxygenOS, « compatible » ; à l’inverse, Amazon a développé pour son parc de tablettes le système « noncompatible » Amazon Fire. Il convient de relever que la signature de l’« engagement de compatibilité » n’empêche pas les constructeurs de proposer également, mais sous d’autres marques, des équipements « non-compatibles ». Les constructeurs qui ont signé l’engagement de compatibilité peuvent en outre se soumettre aux termes d’une licence spécifique, non open source pour embarquer les « Google Play Services » et accéder à l’univers applicatif de Google, composé du Play Store et d’une « suite » d’applications comprenant Google Maps et Gmail, à condition de respecter les critères listés dans le MADA, pour Mobile Application Distribution Agreement, document qui n’est pas public. Google indique que cet accord vaut pour l’ensemble de la « suite », mais n’implique pas d’exclusivité : d’une part, l’équipementier garde la possibilité de proposer simultanément sa propre « suite » ou d’autres applications pour lesquelles il a des accords ; d’autre part, les utilisateurs peuvent désactiver et supprimer de l’écran d’accueil ces applications. Enfin, Google indique qu’il propose des accords commerciaux de placement de produit afin que les équipementiers positionnent sur l’écran d’accueil, contre rémunération, sa suite d’applications, notamment son moteur de recherche et son magasin d’applications. Contrairement à l’engagement de compatibilité qui s’applique marque par marque, les licences d’exploitation des applications s’appliqueraient au cas par cas, selon le terminal.

Les commentaires sont fermés.